Images gallery mapa turístico Morella
  1. You are at
  2. Inici >
  3. Culture et Patrimoine >
  4. Histoire
facebook twitter
Images: 1 2 3 4 5 6

Histoirevolver

LA VILLE ROYALE A BEAUCOUP D’HISTOIRES A RACONTER. RESPIREZ LE PASSAGE DE ROIS, D’ARTISANS, DE GUERRIERS, DE NOBLES CHEVALIERS

Morella est située dans une enclave géographique qui fut clé au cours des siècles et des faits historiques. Ville de passage, croisée de chemins, entre la vallée de l’Èbre et la Méditerranée, reliant la Catalogne, l’Aragon et la région de Valence, Morella fut le témoin d’épisodes importants pour toutes les civilisations qui l’ont habitée. Depuis la préhistoire, les temps du Néolithique, de l’Âge de Bronze, les Ibères, les Romains, les musulmans, les juifs, les chrétiens… tous virent dans ce lieu une forteresse imprenable. La forme capricieuse de la ville, son château et ses murailles furent le théâtre du passage de figures telles que Rodrigo Díaz de Vivar, le Cid Campeador, qui livra deux batailles dans cette région au service du roi musulman de Saragosse au XIe siècle.

La conquête chrétienne et l’époque médiévale firent de Morella une ville de privilèges. Morella fut conquise par les Chrétiens en octobre 1231, mais ce n’est que le 7 janvier 1232 que le roi Jacques Ier entra triomphant dans la ville, après de dures négociations avec le noble aragonais Blasco de Alagón, qui avait la promesse du roi de conserver tout ce qui avait été conquis. Mais le roi voulait la ville fortifiée et dit au chevalier que « Morella n’est pas lieu pour un homme du monde, c'est un lieu de roi, car elle vaut autant qu’un comté avec ses possessions ». Morella était un pilier de la couronne d’Aragon et devait toujours appartenir au roi, ce qui prouve bien la splendeur médiévale de cette ville. En 1270, elle devint propriété du Royaume de Valence et elle occupe toujours la place protocolaire de première ville du royaume aux Cortes valenciennes, derrière Valence et Xátiva seulement.

Les temps médiévaux furent riches, avec une société aux multiples corporations, orfèvres, bijoutiers, sculpteurs, tisserands, forgerons et commerçants qui voyageaient déjà dans des lieux comme la Grèce, l’Italie ou le nord de l’Afrique. À cette époque, au XIVe s., le personnage local Francesc de Vinateau se distingua en affrontant le roi Alphonse le Débonnaire pour s’opposer au souhait de l’épouse du roi, Aliénor de Castille, de céder en fief à son fils Ferdinand les principales villes de la couronne, au péril de l’union du royaume 

Le grand schisme d’Occident. La ville fut également le théâtre d’un autre moment historique : le compromis de Caspe et le grand schisme d’Occident. En 1410, Martin l’Humain meurt sans descendance. Il est alors décidé que son successeur sera élu par neuf compromissaires, dont Domingo Ram, originaire de Morella, évêque de Huesca en 1412, quand Ferdinand d’Antequera est désigné pour être le successeur du roi. En 1414, se réunissent à Morella le pape Luna (Benoît XIII), le roi Ferdinand Ier et le prêtre Vincent Ferrier, avec pour objectif de mettre un terme au grand schisme d’Occident, alors qu’il y avait trois papes différents... Les négociations restèrent sans solution après cinquante jours. Le roi et Vincent Ferrier abandonnèrent l’obédience du pape Luna qui resta isolé à Peñíscola jusqu’à sa mort.

La guerre de Succession. La guerre de Succession d’Espagne eut également sa chronique à Morella. Pendant ce conflit, les autorités locales restèrent fidèles aux Bourbons, à l’exception de deux occupations pro-autrichiennes qui se soldèrent par la destruction du quartier de San Miguel. Après les bombes des partisans du duc d’Anjou, Morella ne comptait plus que 1 800 habitants, mais à la surprise de tous, cette population affaiblie reconstruisit la ville. Le décret de Nueva Planta dérogea l’existence du Royaume de Valence et Morella dut se plier aux lois de la Castille.

Les guerres carlistes et le Tigre du Maestrazgo. La première guerre carliste est l’un des épisodes les plus décisifs de l’histoire de Morella. En 1833, le gouverneur de la ville et le baron de Herbers reconnurent Charles V de Bourbon comme roi. Le pronunciamiento ne dura pas longtemps et pendant deux ans, la zone résista comme un petit État indépendant dirigé par le général Ramón Cabrera. Les guerres livrées ici et en Catalogne prédisaient d’autres conflits belliqueux dans le nouvel État libéral. L’organisation militaire de la région fut réformée avec la création du commandement général du Maestrazgo (1849-1871), qui concernait la Catalogne, l’Aragon et le territoire de Valence, avec Morella pour capitale ; plus tard, ce statut de capitale fut conservé sur la province de Castellón et le sud de Tarragone (1871-1879). Mais une fois la troisième guerre carliste terminée, la province militaire fut réajustée à ses frontières civiles. Ramón Cabrera, le Tigre du Maestrazgo, parvint à mériter le titre de comte de Morella. Après les conflits, il épousa une noble anglaise, s’exila à Londres et en vint même à regretter si sanglante bataille. Il y a dans la capitale britannique une rue Morella, celle-là même où vécut le général Cabrera.

 

Tourist office

Legal conditions

Créditos

arc·estudi
Ajuntament de Morella Patronat Municipal Turisme de Morella asetmyco MORELLA COMUNITAT VALENCIANA UNIÓN EUROPEA the weather